Vous êtes victimes d'appels téléphoniques intempestifs émanant de firmes publicitaires... cliquer
Claude Carlier

2006.11.09

Patrimoine funéraire - Les sculptures

 Retour au reportage

cimetières, cimetiere, necropole, necropoles, patrimoine funeraire, toussaint, belgique, architecture, architecte, monument, monuments funeraires, service de la culture d'ixelles, asbl epitaaf, tombe, tombes, image, images, images de belgique, photo, photos, art, sculpture, sculptures, tailleur, tailleurs de pierre, antoine beernaert, emile beernaert, gaudier, rembaux, destrebecq, bas-relief, ronde-bosse, artiste, artistes, eugene simonis, Constantin Meunier, Jules Lagae, Josué Dupon, Arthur Pierre, Ernest Salu, Léandre Grandmoulin, Georges Vandevoorde, Eugène De Bremaecker, Géo Verbanck, Joseph Witterwulghe, Armand Bonnetain, Marnix d'Haveloose, Jean Canneel, John Cluysenaar, marbre, pierre, bronze, collection, neo-classicisme, expressionnisme, realisme, inspiration italienne, edmond canonne, wittembercq, stele avec haut-relief, pleurante avec urne, pavot, pavots

Patrimoine funéraire - Les sculptures.

Les monuments funéraires et mausolées, réalisés en majeure partie dans les ateliers tout proches du cimetière d'Ixelles et de l'entreprise de tailleurs de pierre Antoine et Emile Beernaert (1850 - 1924), ensuite Gaudier - Rembaux et Destrebecq, offrent aux regards des spectateurs un nombre de bas-reliefs ou sculptures en ronde-bosse, signés par des artistes de renom tels Eugène Simonis, Constantin Meunier, Jules Lagae, Josué Dupon, Arthur Pierre, Ernest Salu, Léandre Grandmoulin, Georges Vandevoorde, Eugène De Bremaecker, Géo Verbanck, Joseph Witterwulghe, Armand Bonnetain, Marnix d'Haveloose, Jean Canneel, John Cluysenaar et autres.
Immortalisés en marbre, pierre ou bronze, les habitants les plus notoires d'Ixelles contribuèrent ainsi gracieusement à la mise en place d'une remarquable collection de sculptures en plein air, du néo-classicisme à l'aube du 19è siècle jusqu'à l'expressionnisme au 20è siècle en passant par le réalisme anecdotique d'inspiration italienne.

Source: Service de la Culture de la commune d'Ixelles et asbl Epitaaf.

Photo: Tombe du commerçant Edmond Canonne (1852 – 1923) - Wittembercq. (Cimetière d'Ixelles)
Stèle classique avec haut-relief en bronze, pleurante avec urne et pavots, par le sculpteur Jules Lagae.

Claude Carlier

2006.11.05

Patrimoine funéraire - Architecture néo-renaissance et éclectisme (1)

 Retour au reportage

cimetières, cimetiere, necropole, necropoles, patrimoine funeraire, toussaint, belgique, architecture néorenaissance, architecte, monument funéraire, monuments funeraires, service de la culture d'Ixelles, ixelles, asbl epitaaf, tombe, tombes, image, images, images de belgique, photo, photos,neorenaissance, neo-renaissance, eclectisme, antiquite, classique, tendance liberale, academie, academies, age, or, joallier ernest altenloh, alban chambon, patte, pattes, lion, pattes de lion, bronze, tombeau de neron, napoleon, invalides, peintre eugene delacroix, pere lachaise à paris

Patrimoine funéraire - Architecture néorenaissance et éclectisme (1)

Orientées dès leur création au début du 18è siècle sur l'étude de l'Antiquité Classique, et de tendance libérale laïque, les académies communales délaissent le mouvement néogothique, trop clérical à leurs yeux.  Pour personnifier l'élan nationalisme encore à ses débuts, elles lui préfèrent l'Age d'Or, le 16è siècle.

Source: Service de la Culture de la commune d'Ixelles et asbl Epitaaf.

Photo: Tombe du joaillier Ernest Altenloh. (Cimetière d'Ixelles)
D'après un projet de l'architecte Alban Chambon (1912), une variante éclectique, portée par des pattes de lion en bronze, du 'Tombeau de Néron'.  (Voir les tombes de Napoléon aux Invalides ou du peintre Eugène Delacroix au Père Lachaise à Paris).

Claude Carlier

2006.11.01

La Toussaint

Ces pâles jours de violettes et de chrysanthèmes, les nécropoles seront donc envahies des foules et le monde fera du bruit autour de ceux qui n'en feront jamais plus. Volontiers l'on s'attendrit avec orgueil de cette persistante et tumultueuse fidélité funéraire. Sommes-nous assurés, pourtant, que toute cette agitation, même pieuse, et ces innombrables hommages, rendus à jour fixe soient plus particulièrement agréables et doux à nos chers dormeurs éternels? Je suis de ceux qui pensent que l'on est plus près d'eux et plus à eux aux heures où le cimetière est vide et paraît abandonné, où personne ne vous regarde, où l'on peut se pencher, murmurer un nom, parler à mi-voix, au chant subit d'un oiseau qui vous fait tressaillir comme le passage d'une âme à travers les branches. Au rebours des vivants, c'est dans le silence que les morts se réveillent.

Henri Lavedan - La Toussaint (extrait)
Académicien et dramaturge français (1859 - 1940)

Photo: Tombe d'Emile Cauderlier. (cimetière d'Ixelles) Stèle en granit rose avec sarcophage, sur lesquels est posé un jeune homme en bronze tenant "le fil de la vie" et une paire de ciseaux. Sculpteur Eugène De Bremaecker en 1911.

Claude Carlier

2006.10.30

Le patrimoine funéraire - Néoclassicisme (1)

cimetiere, cimetieres, necropole, necropoles, patrimoine funeraire, neoclassicisme, monument, monuments funeraires, petit, granit, pierre, bleue, marbre blanc de carrare, fronton triangulaire, palmette, palmettes, acrotere, acroteres, alpha, alphas, omega, omegas, biblique, bibliques, culture, commune d'Ixelles, bruxelles, tombe de jean beuckers, lieutenant-colonel, cippe, colonne brisee, cannelee, portrait, medaillon, bas-relief, trophee, sculpteur eugene simonis

Au début du 19è siècle, les premiers monuments funéraires se conforment aux dalles plates et stèles dressées traditionnelles, le plus souvent en petit granit (pierre bleue) ou combinées avec le marbre blanc de Carrare, couronnées quelquefois d'un fronton triangulaire, de palmettes, d'acrotères, ou d'alphas et omégas bibliques.

Source: Service de la Culture de la Commune d'Ixelles et asbl Epitaaf.

Photo: Tombe de Jean Beuckers, Lieutenant Colonel (1808 - 1841).
Cippe couronnée par une colonne brisée cannelée. Portrait en médaillon et bas-relief (trophée) par le sculpteur Eugène Simonis.

Claude Carlier

2006.10.29

Cimetières et nécropoles - Le cimetière d'Ixelles (5)

Retour au reportage

cimetiere, cimetieres, necropole, necropoles, bruxelles, ixelles, service de la culture, commune, epitaaf, photo, photos, image, images, images de belgique, toussaint, tombe, sculpteur, abbaye de la cambre, etang, etangs, ecole militaire, institut cartographique, caserne, casernes, hopital militaire, universite libre, ulb, richesse, patrimoine funeraire, violoniste, virtuose, compositeur, eugene ysaye, chapelle musicale reine elisabeth, constantin meunier

Cimetières et nécropoles - Le cimetière d'Ixelles (5)

Une population prospère attirée par le site encore idyllique de l'abbaye de la Cambre avec ses étangs, la présence de l'Ecole militaire, de l'Institut Cartographique, de plusieurs casernes avec l'hôpital militaire et de l'Université libre de Bruxelles, explique la richesse peu commune du patrimoine funéraire de cette nécropole.

Source: Service de la Culture de la Commune d'Ixelles et asbl Epitaaf.

Photo: Tombe du violoniste virtuose et compositeur Eugène Ysaye (1858 - 1935), créateur de la Société des concerts symphoniques et initiateur de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth.  Son monument funéraire a été érigé par la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique.
Effigie en bronze réalisée par Constantin Meunier.

Claude Carlier

2005.06.30

France – Epernay – Fabrication du Champagne – Le musée – 8

France Epernay Fabrication du Champagne Mercier

La suite de la fabrication du Champagne :

 

4 : Le vieillissement : Les bouteilles reposent sur lattes dans les caves pendant plusieurs années.  Ce vieillissement, variable selon les cuvées, permet au vin d’acquérir sa complexité et de développer son bouquet.

 

5 : Le remuage : Pendant la prise de mousse, les levures ont formé un dépôt sur le flanc de la bouteille.  Mises sur pupitre, les bouteilles sont remuées une fois par jour pendant 6 à 8 semaines, ce qui permet, en inclinant progressivement la bouteille à la verticale, de faire glisser le dépôt vers le goulot.  Le remuage peut être manuel, mais aussi effectué par des machines qui reproduisent fidèlement le geste ancestral du remueur.

 

6 : Du dégorgement à l’habillage : Le col de la bouteille est enfin plongé dans un bain réfrigérant à -20° afin d’emprisonner le dépôt dans un glaçon.  A l’ouverture de la bouteille, celui-ci est expulsé.  La touche finale est donnée par l’ajout de la liqueur d’expédition composée de vins de réserve et de sucre, qui affirmera la personnalité du vin.  La bouteille est alors immédiatement fermée avec son bouchon de liège et son muselet.


Claude Carlier

2005.06.29

France – Epernay – La fabrication du Champagne – Ancienne presse – 7

France Epernay Champagne Mercier et ancienne presse

La fabrication du Champagne s’effectue en plusieurs étapes :

 

1 : La fermentation : Après la cueillette, les raisins sont pressurés au plus proche des lieux de récolte.  Les moûts vont ensuite subir une première fermentation dans les cuves d’acier inoxydable, qui va durer deux à trois semaines et donner des vins clairs, dits tranquilles.

 

2 : L’assemblage : Sous la direction du chef de cave, sont assemblés, selon les années, jusqu’à 60 crus auxquels pourront s’ajouter des vins de réserve des vendanges précédentes.  Chaque assemblage crée donne naissance à une cuvée.

A noter que chez Mercier, c’est une femme qui est chef de cave.

 

3 : La mise en bouteille et prise de mousse : Sucres et levures sont alors ajoutés aux vins tranquilles assemblés au moment du tirage en bouteilles.  Ces dernières sont ensuite descendues en caves et entreillées horizontalement.  C’est là que se déroule, pendant six à neuf semaines, une deuxième fermentation alcoolique, appelée prise de mousse.  Le gaz carbonique qu’elle dégage va se dissoudre dans le vin et donner l’effervescence du Champagne.



Claude Carlier

2005.06.28

France – Epernay - Les Caves et le Champagne - Collection de bouteilles dont celle du millénaire de la maison Launois launois-6

France Epernay Le Champagne du millénaire

Sur le sol crayeux des coteaux de Champagne, trois cépages s’épanouissent.

 

Le Pinot Noir : On trouve ce raisin noir à jus blanc sur la Montagne de Reims et dans l’Aube.  Il apporte au vin corps, puissance et longueur en bouche.  Le Champagne lui doit ses arômes de petits fruits rouges.

 

Le Pinot Meunier : Ce cépage vigoureux s’épanouit dans les sols riches de la vallée de la Marne.  Raisin noir à jus blanc, il confère aux vins leur fraîcheur et leur apporte des notes de fruits blancs.

 

Le Chardonnay : Ce cépage est présent sur la côte des Blancs, ainsi que dans le Sézannais.  Synonyme d’élégance et de finesse, ce raisin blanc apporte au vin de délicats arômes de fleurs blanches, d’agrumes et de fruits exotiques.

 

Art délicat et complexe, l’élaboration du Champagne requiert de nombreuses opérations précises. 


Claude Carlier

2005.06.27

France – Epernay – Caves et Champagne Eugène Mercier – Le Foudre – 5

Reims Champagne Mercier Le Foudre

Mais déjà Eugène Mercier songe à l’Exposition Universelle de 1889.  Le 17 avril, le convoi quitte Epernay.  D’abord les 24 bœufs du Morvan avec leur douze conducteurs, le Foudre et 18 chevaux de renfort pour la montée de certaines côtes.  Enfin, la foule… une foule immense.  Il faut consolider trois ponts et acheter à prix d’or cinq immeubles qui gênent et les raboter pour permettre le passage du géant.

Huit jours plus tard, le Foudre est à pied d’œuvre pour l’Exposition.

Il remportera la deuxième place.

Eugène Mercier aurait-il poussé la galanterie pour laisser la première place à une Grande Dame ?  Nul ne sait.  Toujours est-il que la première place fut remportée par « La Tour Eiffel ».


Claude Carlier

2005.06.26

France – Epernay – Caves et Champagne Eugène Mercier – Le Foudre - 4

Le Foudre des Champagnes Mercier à Epernay

Mais incontestablement, « Sa » construction est « Le Foudre », tonneau géant d’une hauteur de 5,50 mètres et d’une longueur de 6,50 mètres.  La construction a duré 20 ans.  Sa contenance est de 1600 hectolitres, soit 213.000 bouteilles de 75 centilitres.  Son poids : 23 tonnes.

 

Eugène Mercier voit dans « Le Foudre » la possibilité d’assembler des vins de différents crus sur une très grande échelle.  Le tonnelier Jolibois fait abattre 150 chênes millénaires en Hongrie.  Le séchage du bois dure trois ans.  Le cintrage des douves sept ans.  Le montage, commencé à Epernay en 1876, s’achève à Noël 1877.

 

Eugène Mercier fait appel au fameux sculpteur châlonnais Navlet pour en assurer la décoration.

Inscrit sur le registre d’état civil du Champagne Mercier le 7 juillet 1881, on fait abreuver « Le Foudre » l’année suivante pour enfin y verser les vendanges de 1883, 1600 hectolitres des plus grands crus de la Montagne de Reims.


Claude Carlier

2005.06.25

France – Epernay – Caves et Champagne Eugène Mercier – 3

Epernay Décorations de caves Mercier

Dès 1885, Eugène Mercier affecte du personnel à la visite de ses caves.  Les voyageurs de la ligne de chemin de fer Paris – Strasbourg découvrent ainsi des galeries décorées par le sculpteur Gustave-André Navet.  En 1891, les caves Mercier sont choisies pour acceuillir le président Sadi Carnot qui les visitent en calèche.

 

Mais Eugène Mercier était également un grand communicateur :

En 1900, lors de l’Exposition universelle, il propose à ses visiteurs un survol de Paris dans un ballon signé Mercier, et d’y déguster son Champagne. 

Il réalise également pour cette même Exposition le tout premier film publicitaire.  Il porte pour titre « De la grappe à la Coupe » et est réalisé grâce au talent des frères Lumière.

 

En 1950, Jacques Mercier, petit-fils d’Eugène, continue la tradition de relations publiques.  Il organise, avec Renault, un « Rallye du Champagne » pour le lancement de la 4 CV.  L’étape la plus spectaculaire sera un course dans les 18 kilomètres de galeries des caves Mercier.  Aucune bouteille ne sera cassée !


Claude Carlier

2005.06.24

France – Epernay – Caves et Champagne Eugène Mercier – 2

Epernay Caves et Champagne Eugène Mercier

En 1871, Eugène Mercier décide de creuser une véritable ville souterraine.

« Comptez par kilomètres, non par mètres ! », commande-t-il à l’architecte chargé des travaux.

Le percement de 47 galeries, d’une longueur totale de 18 kilomètres - dont une dénommée Avenue de Pékin, longue de plus d’un kilomètre - à 30 mètres de profondeur, nécessitera 6 ans de travaux et l’extraction de 125.000 mètres cube de craie.  La conception de ces caves est doublement innovante : construites sur un seul niveau, elles communiquent de plain-pied avec la ligne de chemin de fer Paris – Strasbourg, facilitant ainsi l’expédition du Champagne.


Claude Carlier

2005.06.23

France – Epernay – Caves et Champagne Eugène Mercier - 1

France Epernay Le Champagne Eugène Mercier

Un peu de fraîcheur par ce temps de canicule, avec cette fontaine, mais aussi parce que nous sommes aux portes des caves du Champagne Mercier ….

En 1858, âgé de 20 ans, Eugène Mercier décide de fonder sa propre maison de Champagne.  Son ambition ? Rendre le Champagne accessible au plus grand nombre, tout en élaborant un produit de qualité.  Pour cela, il faut s’associer et vendre beaucoup.

C’est ainsi qu’il regroupe, au sein de l’Union des Propriétaires, plusieurs négociants.  Le succès est au rendez-vous.

En 1869, Eugène Mercier acquiert un terrain sur l’Avenue de Champagne, à Epernay, et dès 1871, les travaux de percement des caves débutent.

Dans les années 1880, la marque connaît un développement extraordinaire.


Claude Carlier

2005.06.03

Peinture – Eugène Boudin – Le port de Camaret

En 1887, l’artiste lui-même commentait son art :  « On pourra retrouver dans ma peinture sinon du grand art, du moins une reproduction assez sincère du monde de notre époque.  Peut-être aussi trouvera-t-on dans mes études du ciel un côté de la grande nature céleste qui n’a jamais été ni plus, ni mieux explorée par mes prédécesseurs … »

 

Corot lui donnera le nom de « roi des ciels », et le grand Gustave Courbet de renchérir : « Vous êtes un séraphin ; il n’y a que vous qui connaissez le ciel !».